The incredible Hulk / by delphine queme


Comment faire un film totalement indigeste avec :

- une histoire géniale
- de très grands acteurs
- beaucoup de moyens ?

Si vous voulez la réponse à cette question, je vous recommande vivement d’aller voir Hulk au cinéma.
Edward Norton (un des 5 meilleurs acteurs de sa génération, notamment depuis son interprétation spectaculaire dans Primal Fear), William Hurt et Tim Roth sont presque mauvais dans cette série quasi ininterrompue de clichés.
Pour mémoire, un cliché est un raccourci intellectuel, dépourvu de toute finesse ou de nuance, visant à un implémenter une idée de façon rapide et économique dans la tête du consommateur (vous comprendrez que l’on ne parle pas ici de spectateur).
Par exemple :
on veut montrer que Tim Roth est un (vrai) méchant.
on créé une scène où il tue SANS SOURCILLER le chien du héros pour passer ses nerfs.
(ouh la la qu’est ce qu’il est méchant !).

Notre héros se réfugie au Brésil car il est un danger pour l’humanité (pardon pour les américains, le Brésil ne comptant pas) et pour lui même. Mais il va être forcé de revenir aux USA…

J’ai tenu tout de même 48 minutes.
J’ai vraiment arrêter quand Edward Norton, pile au moment de quitter sa tendre et douce se rend compte “qu’ILS SONT LA” et lui dit : “éloigne toi le plus possible de moi, pour ta survie…”

Bon je vais arrêter parce que c’est vraiment n’importe quoi.
Le film a coûté 150 millions de dollars. Il a été réalisé par un français.

on aurait pu se douter de ce que c’était dès l’affiche, me direz vous …








moi, je préfère Homer :