Le Feu Follet : les bonus de l'édition Criterion / by delphine queme


Sur les quatre bonus de l’édition Criterion, trois sont inédits (à ma connaissance), le quatrième étant déjà présent sur l’édition d’Arte.

Ces nouveaux bonus sont :


- une courte interview de Maurice Ronet que l’on découvre excessivement délicat, presque féminin, d’une douceur extrême, assez à l’opposé de l’image que l’on peut s’en faire (surtout si on a vu La piscine ou Plein Soleil). Un acteur merveilleux, qui a clairement été sous exploité par le cinéma français et qui livre dans le Feu Follet sa meilleure performance d’acteur. Louis Malle a d’ailleurs été durant le tournage d’une très grande exigence avec l’acteur, du fait d’une évidente identification au personnage.

- une longue interview de Louis Malle où les questions de la journaliste sont aussi inintéressantes que les réponses sont passionnantes.
On comprend à quel point le film était personnel pour son auteur.

- “Malle’s fire within” un documentaire où quelques uns des collaborateurs du film nous parlent du tournage et de Louis Malle.

Je trouve juste dommage qu’un supplément n’ai pas été consacré à la musique du film d’Eric Satie car il s’agit pour moi d’une des meilleures utilisation de musique non originale pour un film.


Reste un texte de Michel Ciment toujours agréable à lire mais où on n’apprend rien de particulier.


Le Feu follet est un film magnifique où tout est en nuance, en finesse, imperceptible, comme le héros principal qui est là mais n’est plus là. Les choses tiennent à peu.









Je n’ai pas regardé la copie restaurée par Criterion (qui j’en suis sûre est magnifique). Ce film est tellement beau que j’évite de le regarder régulièrement.

Louis Malle l’a réalisé en moins d’un an à l’âge de 30 ans.