Frank Horvat : merveilleuses photographies ! / by delphine queme


Je connaissais bien sûr le nom de Frank Horvat depuis longtemps.
Je l’ai réellement “rencontré” pour la première fois lors de la conférence de Saul Leiter au Musée du Judaïsme il y a quelques mois, conférence conduite par le très intéressant Sam Stourdzé.
Frank Horvat y a posé une question au sein du public. Ce n’était pas tant une question qu’un constat que j’ai trouvé personnellement bouleversant : comment Saul Leiter (qui du reste n’avait pas l’air de reconnaître Frank Horvat, ni de calculer quoique ce soit en général, un peu dans une sorte de cocon permanent hors du monde) faisait-il pour toucher au but si naturellement alors que lui (Frank Horvat) et ses comparses faisait tout, réfléchissaient sans relâche aux “secrets” pour réussir la bonne photo sans y parvenir.

On retrouve ici ce dont je parlais dans un récent post sur le bouddhisme zen : pour toucher la cible il ne faut pas viser mais laisser la flèche aller au but !

Enfin, on ne pourra pas dire que Frank Horvat n’a jamais touché dans le mille. Bien au contraire. Et l’exposition “New York, up and down” est à ce titre pour moi une révélation. J’ai été véritablement époustouflée par de nombreux clichés. Je pensais voir des photos personnelles d’un photographe de mode qui avait fait du très classique (à la Breakfast at Tiffany’s) dans les années soixante, et vu sa modestie à la conférence, je ne m’attendais à rien d’exceptionnel.

Grosse erreur.

Voici quelques unes des photos de l’expo :











Cette photo est ma préférée (il faut la voir en vrai, la reproduction ici ne lui rend pas justice) :



Pour préparer ce post je me suis rendue sur le site de Frank Horvat : http://www.horvatland.com

Ce site lui ressemble, car les commentaires (voir aussi l’interview) sont pleins d’honneteté et de franchise.
Je ne peux pas m’empêcher de vous montrer une sélection de photos que j’y ai trouvées (anciennes, récentes, portraits, natures mortes, etc ….).
Comme il le dit lui-même, il n’y a pas une identité unique et forte qui se dégage de toutes ces photos, mais quelles beaux “instantanés” quand même !






























Il faut acheter les deux livres en vente à la galerie : le journal d’une année, et le livre “rétrospective” du travail de Frank Horvat.

http://www.lamaisonpresbastille.com/
jusqu’au 13 juillet 2008.